L’auteur britannique Ian McEwan a reçu, dimanche, le «Prix de Jérusalem pour la Liberté individuelle». L’événement a marqué l’inauguration du 25e Salon international du Livre de Jérusalem, organisé au Palais des Congrès de la capitale.

Photo: Marc Israël Sellem , JPost

«Des similarités existent entre le roman et la ville», a-t-il déclaré. «Un roman n’est pas seulement des pages et une couverture, mais aussi un lieu d’exploration de la nature humaine. Tout comme une ville n’est pas un simple conglomérat de rues et d’immeubles, mais aussi un lieu de rêves.»

Mieux vaut venir…

McEwan a, par ailleurs, fait savoir qu’il avait été la cible d’un certain nombre de critiques après avoir annoncé qu’il acceptait la récompense israélienne. Plusieurs groupes pro-palestiniens l’ont même ouvertement condamné dans quelques uns des plus grands quotidiens britanniques.

Selon l’auteur, le fait de distribuer un prix honorant la «liberté de l’individu est quelque peu paradoxal compte tenu de la situation actuelle à Jérusalem». Remarques assez mal accueillies par une partie du public. Il a cependant précisé qu’il préférait venir parler avec les Israéliens et les Palestiniens plutôt que de boycotter le voyage.

Le Prix de Jérusalem, considéré comme la plus haute récompense littéraire attribuée à un écrivain étranger, a été décerné dimanche par le maire de la ville, Nir Barkat. Le président Shimon Peres, la ministre de la Culture Limor Livnat, et quelque 600 auteurs et éditeurs étaient également présents.

L’accès au salon est gratuit et ouvert au public. Il se déroulera jusqu’au jeudi 24 janvier.

Pour plus de renseignements : www.jerusalembookfair.com

Gracias a Albert Bensoussan.

 

Una respuesta para “L’auteur britannique Ian McEwan a reçu, dimanche, le «Prix de Jérusalem pour la Liberté individuelle». L’événement a marqué l’inauguration du 25e Salon international du Livre de Jérusalem, organisé au Palais des Congrès de la capitale.”

  1. SI TIENE LO QUE TIENE QUE PASAR, LA EMBAJADA YA NO SERÁ CASTRISTA EN BREVE, NI CUBA TAMPOCO…

    LA CHISPA ALLÁ Y QUE PRENDA, Y LUEGO TODOS A LAS CONSULADOS Y EMBAJADAS A TOMARLOS, COMO LOS MORITOS SÍ SABEN HACER… ESTO Y AHORA, YA ES DIFERENTE, Y ES AHORA O NUNCA.

Deja un comentario