Alain Finkielkraut : «À la présidentielle, on veut nous imposer un scénario écrit d’avance»

ENTRETIEN – S’il est resté, jusqu’ici, discret sur l’élection présidentielle, Alain Finkielkraut n’en a pas perdu une seconde. C’est en philosophe qu’il a observé, avec effarement, le feuilleton judiciaire et médiatique. De vote-utile-pour-faire-barrage-au-FN en Christine Angot, la politique, selon lui, abandonne l’école, la nation, la laïcité, la culture, pour se réduire à une simple dialectique entre les ouverts et les fermés, à une simple marche pour le progrès et contre « le péril brun ». Alain Finkielkraut, depuis longtemps, n’est d’aucun mouvement. Il ne se dérobe pas, pourtant, devant le spectacle désolant de cette campagne. Avec hauteur, il se fait le meilleur représentant du véritable parti majoritaire : celui de l’inquiétude.

Origen: Alain Finkielkraut : «À la présidentielle, on veut nous imposer un scénario écrit d’avance».

El Partido de la Inquietud, muy bueno, a ese es al que yo pertenezco también. Claro que nos quieren vender un libreto mediocre y lamentable de lo mismo con lo mismo.

Deja un comentario